Je suis musulman laïc… oui ça existe !

maroc tolérant
©DR

Je fais partie de ces jeunes marocains qui, lors de débats ou de discussions amicales et familiales à propos de la religion, préfèrent rester du côté de la neutralité, de l’impartialité, ou plutôt de la modération et de la nuance.

En effet, la religion est une problématique qui me tient particulièrement à cœur. Taboue, intouchable et souvent prise pour argent comptant, chacun l’épluche à sa guise et la remet en question (ou pas) seul, sans oser la critiquer en plein public.

Cette religion qui fait couler des fleuves de sang partout dans le monde, n’est en fin de compte que le fruit de ce que nous en faisons. Des interprétations religieuses coulent à flots, et en islam en particulier, nous en voyons des vertes et des pas mûres. Entre le halal et le haram, tout un monde d’ambiguïté fraye un chemin à la bêtise, à l’ignorance et à l’idiotie humaine.

Pourquoi toujours revenir à l’islam quand il s’agit de politique, de droit, d’économie, ou de culture ? Pourquoi le sécularisme ne nous semble-t-il pas être une bonne leçon à copier de l’occident ? Cela pourrait panser plusieurs plaies et émanciper plusieurs sociétés menottées.

La laïcité est désormais pour moi une nécessité, un pas indispensable pour une société régie par l’intelligence et la logique, loin de la foi et de la croyance.

Libérons les consciences pour libérer cette société de ces maux qui la paralysent, de cette hypocrisie sociale de ceux qui, obligés de se plier à la loi musulmane même sans conviction, subissent les regards méprisants et sous-estimants des bon élèves de la religion. Gérons notre société par des lois civiles, et non par des lois religieuses, ô combien de fois archaïques.

Enfin, pour balayer la confusion, je suis un jeune musulman parfaitement pratiquant. Ma pratique religieuse répond chez moi à un besoin spirituel qui me lie immédiatement à mon créateur. Je suis pratiquant parce que je suis convaincu de l’existence d’un au-delà, d’un Dieu et d’un message prophétique.

D’autres personnes ne le sont forcément pas, et ne veulent pas l’être. Leur donner cette liberté de conscience nous éduquerait à respecter un monde dans toute sa différence, et mettrait à bas ce radicalisme qui nous hante.

Yassir Essyagi

Yassir Essyagi

Jeune Cadre lauréat de l'EGE Rabat

Suggestions d’articles